Nos conseils pour réussir vos rencontres

Article 48

Le bon moment pour se lancer - Par Sophie Cadalen

L'envie de faire une rencontre nous taraude, une inscription sur un site – inenvisageable il y a peu – serait un premier pas pour concrétiser ce désir. D'autant que d'autres autour de nous s'y sont essayés, quelquefois avec succès ! Cela ne marche que si l'on est prêt, entend-t-on de toute part. Mais comment être sûr que notre heure est la bonne ? Que notre tour est venu ?

Indisponibles à l'amour

Car le verdict est prompt à tomber : si l'on n'est pas réellement disposé à s'ouvrir à l'amour, celui-ci ne cessera de nous contourner ; quoi que nous entreprenions et quelles que soient nos bonnes volontés. Nous sommes nombreux – n'est-ce pas ? – à s'être trouvés accusés, par ceux qui nous veulent du bien, d'être fermés, trop hâtifs ou définitifs dans nos jugements sur les "partis" que l'on nous a présentés, d'être agressifs ou inaccessibles. Bref, d'être responsables du désert affectif que nous voudrions quitter.

C'est quoi, être prêt ?

Puisque nous ne cultivons pas le goût de l'échec – c'est un peu "usant", à force... - nous nous assurerons de notre disponibilité avant d'officialiser notre quête amoureuse. Mais c'est quoi, être prêt ? Etre sûr de soi et de ses choix ? avoir le cœur débordant d'amour à partager ? être partant pour tous les voyages (sentimentaux, s'entend) sans peur aucune ni frein sournois ? Un état idéal que nous visons sans l'atteindre jamais, justifiant par là notre propension à repousser le passage à l'acte. Avant l'heure c'est pas l'heure...

Une lisibilité impossible

Sauf que ce "bon timing", qui nous épargnerait des recherches vaines et des espoirs stériles, n'est pas évident à déterminer. Rien n'est plus confus que l'envie d'aimer, rien n'est plus truffé de contradictions qu'une aspiration à vivre à deux : on voudrait vibrer tout en redoutant les angoisses et les cruelles désillusions qui pourraient s'en suivre. On voudrait partager notre quotidien sans renoncer au confort de notre indépendance. On voudrait secouer notre train-train et craignons d'en perdre la maîtrise.

Des résistances incontournables

L'amour, que nous croyons tous vouloir éprouver et partager, est le sentiment qui lève le plus de résistances. Et ces résistances sont d'autant plus puissantes que la majorité d'entre elles ne sont pas conscientes. Certains ne jurent que par le couple, tout en étant convaincus – à leur insu – qu'il est voué à s'étioler, que la trahison sonnera son glas, qu'ils ne méritent pas l'affection qu'ils appellent de tous leurs vœux. Des fatalités qui, même si elles ne sont pas énoncées, font bouclier contre les flèches de Cupidon.

Embrasser nos doutes

Être sûr d'être prêt à aimer ne nous assure de rien. Notre conviction peut être une façon subtile de camper sur des positions qui, par leur intransigeance, nous protègeront d'une rencontre forcément dérangeante. C'est certainement notre incertitude, nos contradictions, nos doutes avoués qui confirmeront le mieux notre disposition à faire le grand saut. Admettre nos trouilles, c'est se réconcilier avec elles, c'est ne plus être contraints par elles. Pour, balbutiant et rougissant, accepter le premier rendez-vous...

Rencontrez les célibataires qui
vous correspondent vraiment

  • Faites gratuitement notre Test d'Affinités
  • Découvrez VOTRE sélection de célibataires
  • Entrez en contact

Aide en ligne

Trouvez toutes les réponses
à vos questions :